La sophrologie : entre promesses et réalité ?


Beaucoup de promesses quand on parle de sophrologie : harmonie entre le corps et l’esprit, connaissance de soi, découverte de son potentiel, vaincre la douleur et l’insomnie, mieux se concentrer, réguler le stress, équilibrer l’état émotionnel, retrouver la confiance et l’estime de soi …. Vous l’avez compris, c’est la solution à tous les maux.


Simples promesses ou réalité ? une méthode qui surfe sur la vague du bio et des thérapies complémentaires ou réelle voie d’amélioration de soi et de sa qualité de vie ? une mode qui répond à l’ambiance morose de notre époque à la recherche de sens ou une vraie possibilité de grandir humainement et spirituellement au-delà de tout endoctrinement ?


Avant mon parcours sophrologique, toutes ces promesses titillaient mon esprit critique et suspicieux.


Tant de bienfaits concentrés dans une méthode, cela me paraissait peu crédible. Aujourd’hui, je comprends mieux ce qui a alimenté ma méfiance.


En effet, comme vous, peut-être, en entendant pour la première fois le mot « sophrologie », j’ai été me documenter à la source la plus accessible en informations : internet.


Première surprise : foisonnement de sites se rapportant à la sophrologie. Autant de définitions du concept que de thérapeutes, sophrologues ou pas.

Deuxième surprise : Les bienfaits de la sophrologie s‘égrènent comme un chapelet.

Solution pour trancher : Je suis retourné à la source


J’ai effectué des recherches sur le fondateur de la sophrologie. Le nom du Professeur Caycedo neuropsychiatre s’imposa comme étant le père de la sophrologie.

Des recherches plus poussées m’indiquèrent que cette méthode psychocorporelle a été pratiquée, à ses débuts, uniquement dans un cadre hospitalier par des professionnels de santé.


Les travaux progressifs du professeur Caycedo sur les états modifiés de conscience l’amenèrent à s’intéresser aux techniques de médiations bouddhistes et zen dont il s’inspira pour alimenter sa méthode en séjournant en Asie. Le mérite du Professeur Caycedo est d'avoir construit une méthode originale sur la base de ces pratiques ancestrales, en les conjuguant avec des méthodes plus récentes comme la relaxation de Jacobson, de Shultz...


Les indications de la sophrologie ont bien été établies. Des ouvrages de références, listent les nombreux champs d’intervention de la sophrologie et effectivement ses bienfaits sont nombreux.

De là à la considérer comme une solution à tous les problèmes, je pense très honnêtement, aujourd'hui, en tant que sophrologue, qu'il faut rester humble, car dans certains cas complexes, elle trouve ses limites. Le sophrologue doit connaitre et reconnaitre ces cas pour passer la main à d'autres professionnels.

Je suis , cependant, convaincue de l’intérêt de cette méthode dans la gestion du stress et des émotions constatant régulièrement ses bienfaits sur mes consultants.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout